Vol retardé et droit à indemnisation : abandon de l’exigence de présence à l’enregistrement (traduction en anglais)

La Cour de cassation a récemment rendu un arrêt le 21 octobre 2020, 1ère chambre civile (n°19-13.016) dans lequel elle s’est conformée au droit européen concernant les droits des passagers et plus particulièrement s’agissant de leur droit à indemnisation pour un vol retardé.

La Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) avait refusé de valider le raisonnement de la Cour de cassation qui consistait, pour obtenir le droit à indemnisation, à exiger des passagers la production d’une preuve de leur présentation à l’enregistrement du vol retardé en plus de la preuve de la confirmation de réservation.

Jusqu’à cet arrêt du 21 octobre 2020, le droit à indemnisation était soumis à une double preuve incombant au passager du vol retardé : d’une part, la confirmation de réservation et d’autre part, la présence à l’enregistrement.

Le règlement (CE) n°261/2004 reconnait des droits minimums aux passagers en cas de vol retardé. Sauf circonstances exceptionnelles, le passager a un droit à indemnisation lorsque son vol retardé au départ arrive à la destination finale prévue trois heures ou plus après l’heure prévue initialement. Ce passager aura le droit à la même indemnisation forfaitaire accordée au passager d’un vol annulé, article 7 1. du règlement :

–  « a) 250€ pour tous les vols de 1500 kilomètres ou moins ;

–  b) 400€ pour tous les vols intracommunautaires de plus de 1500 kilomètres et pourtous les autres vols de 1500 à 3500 kilomètres ;

–  c) 600€ euros pour tous les vols qui ne relèvent pas des points a) ou b) ».Désormais, la Cour de cassation reconnait le droit à indemnisation au passager dont le vol est retardé de trois heures ou plus lorsque celui-ci apporte exclusivement la preuve de sa confirmation de réservation.

Par cet arrêt récent du 21 octobre 2020, la Cour de cassation vient abandonner l’exigence d’une double preuve en laissant de côté l’exigence de preuve de présence à l’enregistrement.

DELAYED FLIGHT AND RIGHT TO COMPENSATION: ABANDONMENT OF THE REQUIREMENT TO BE PRESENT AT CHECK-IN

The Court of cassation recently issued a decision on October 21, 2020, first civil chamber (No 19-13.016) in which it has complied with European law regarding passenger’s rights and more specifically, with regard to their right to compensation for a delayed flight.

The Court of Justice of the European Union (CJEU) had refused to confirm the reasoning of the Court of cassation. The reasoning consisted of requiring passengers to obtain the right to compensation, to produce a proof of their presentation at the check-in of the delayed flight and a proof of a booking confirmation.

Until that decision of October 21, 2020, the right to compensation was subject to a double proof and the burden of proof was on the passenger of the delayed flight: on the one hand, the booking confirmation and on the other hand, the presence at the check-in.

Regulation (EC) No 261/2004 recognizes minimum rights for passengers in cases of delayed flights. Except in exceptional circumstances, the passenger has a right to compensation when his flight is delayed on departure and arrives at the intended final destination three or more hours after the time originally planned. This passenger will have the same lump-sum compensation granted to the passenger of a canceled flight, article 7 1. of the Regulation:

  • –  “a) EUR 250 for all flights of 1,500 kilometres or less;
  • –  b) EUR 400 for all intra-community flights of more than 1,500 kilometres, and forall other flights between 1,500 and 3,500 kilometres;
  • –  c) EUR 600 for all flights not falling under (a) or (b)”

Henceforth, the Court of cassation recognizes the right to compensation to the passenger whose flight is delayed by three hours or more when the latter only provides proof of his booking confirmation. By this recent decision of October 21, 2020, the Court of cassation has abandoned the requirement of double proof leaving aside the requirement for proof of attendance at check-in.

Adeline FENIRA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *